Expatriation, l’année 2020 en quelques chiffres

Expatriation, l’année 2020 en quelques chiffres

Expatriation, l’année 2020 en quelques chiffres

On parle d’expatriation quand un individu réside dans un autre pays que le sien. Où en sommes-nous en matière d’expatriation en 2020 ?

Quelles sont les différentes situations d’expatriation ?

Il y a plusieurs situations qui peuvent pousser une personne à s’installer dans un autre pays que le sien. Pour tout ce qui touche l’expatriation, vous pouvez consulter le consulat de votre pays. A savoir que dans la plupart du temps, on s’expatrie pour des raisons d’embauche. On a donc le cas où :

  • On trouve un emploi dans une entreprise locale, d’un autre pays. Dans ce cas, l’employeur propose un contrat où la prise en charge du coût du déménagement est incluse.
  • On s’installe avec un statut d’entrepreneur ou free-lance. Cette situation étant assez courante, certains pays ont mis en place des visas spécialement destinés aux entrepreneurs. Chaque pays a des règles différentes en matière de création d’entreprise.
  • On est envoyé par son entreprise pour une durée déterminée. C’est donc une expatriation temporaire. Le salarié doit être rapatrié à la fin de sa mission.
  • On est étudiant. Tous les étudiants à l’étranger sont des expatriés.

Il y a encore d’autres cas de figure. Le plus important est de bien se renseigner sur les droits et devoirs des étrangers, d’un pays, avant de s’y installer.

Quel est l’état des lieux en 2020 ?

En janvier 2020, on reportait 1 775 875 Français inscrits au registre des Français résidents hors du pays. Ils étaient 1 802 382 en 2018. On peut penser qu’il y a eu une baisse, mais c’est sans compter ceux qui ne se sont pas déclarés. D’après la communauté française à l’étranger, on parle plutôt de 2,5 millions. Ces chiffres prennent en compte les résidents installés à l’étranger depuis plus de cinq ans.

Les principaux pays d’accueil des Français, continuent d’être, par ordre de préférence :

  • la Suisse (119 000 personnes) et l’Allemagne (112 000 personnes) soit 40,8 % des Français pour les deux pays.
  • les États-Unis et le Canada, 20,29 %
  • l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, 14,49 %
  • l’Afrique subsaharienne et Océan Indien, 7,97 %
  • l’Asie et l’Océanie, 7,90 %
  • le Royaume-Uni et la Belgique se répartissent le reste.

Un rapport de 2017 estime que la population française installée à l’étranger, est plutôt jeune. Il y a une certaine parité femme homme, ils sont en couple, avec un enfant au moins. Le plus gros pourcentage des Français vivant hors de France (50,5 %) a entre 25 et 60 ans, puis viennent les moins de 25 ans (34,3 %), enfin les plus de 60 ans représentent 15,2 %. Il y a moins de femmes à l’étranger qu’en France métropolitaine (50 % contre 51,6 %). Elles sont plus installées dans les pays membres de l’UE (Union européenne). Elles n’élargissent pas souvent leur périmètre de randonnée.

Il y a de plus en plus de personnes, jeunes comme vieux, célibataires comme parents, qui choisissent de s’expatrier. Les motivations du départ sont d’abord professionnelles. Un tiers de ces Français possède un niveau d’étude égal à Bac +3. Toutefois, on s’expatrie également dans le but de faire des études spécifiques, ou pour alléger sa charge financière. L’enrichissement personnel, l’intérêt de se frotter à d’autres cultures sont aussi des motivations essentielles pour les nouvelles générations de cadres et les jeunes.

loooop